Catégories
Blog

La recherche à Montpellier s’engage face aux urgences socio-écologiques

Dans l’écosystème de recherche Montpelliérain, de multiples initiatives visent à faire évoluer les pratiques pour diminuer l’impact environnemental de la pratique de la science. Les enjeux d’empreinte carbone questionnent de façon de plus en plus forte notre engagement professionnel en tant que chercheur.e.s, et conduisent certains à remettre en question les mandats de leur institution. Trois années d’enquêtes ont permis à plus de 400 personnes répartis dans 7 unités de recherche du Cirad, de l’IRD, du CNRS et de l’Université Paul Valéry, de partager leur perceptions des urgences socio-écologiques et leurs façon d’y répondre au quotidien. Les résultats de ce travail ont conduit à une double réflexion sur les motivations et les freins à l’action et sur la responsabilité politique de la recherche face aux urgences.

1. En conséquence de la pandémie de Covid-19: une large remise en question

La crise sanitaire dès 2020 et le confinement qui l’a accompagnée ont eu pour conséquence un regain d’intérêt pour la recherche publique mais aussi de questionnement sur son rôle et sa portée en temps de crise. En somme, la pandémie a permis d’interroger les relations entre la science et la société : confiance ou doute ? Les mises à l’arrêt soudaines ont remis en lumière les enjeux relatifs aux situations d’urgences sociales et écologiques : répondre aux besoins fondamentaux et éviter que les dégradations environnementales ne s’enchainent. 

“Il est bien plus simple de produire de la connaissance qui montre à quel point les humains détériorent le système Terre que d’adapter nos comportements pour réduire cette détérioration”.

Mike Hulme et al. (2020)

Nos travaux en 2021 et 2022 sur la Diversité des points de vue dans la recherche Face aux Urgences Sociales et Ecologiques (DiFUSE) ont portés sur la perception de ces urgences au sein de nos institutions de recherche pour le développement: comment le personnel se représente t-il les répercussions du dérèglement climatique sur ses pratiques? Comment et à quelle échelle sa perception l’amène à agir ou non ? 

“Revoir les déplacements des chercheur.e.s au regard des exigences environnementale est l’opportunité d’imaginer une nouvelle éthique entre partenaires français et internationaux au sein de la recherche pour le développement des pays du Sud”.

Les urgences sont associées au dérèglement climatique et à la façon d’y répondre, avec des marges de manœuvre qui s’amoindrissent toujours un peu plus (Burkett et al. 2014). Elles représentent des situations dans lesquelles nous nous approchons ou nous franchissons des seuils écologiques et des seuils sociaux. Ces seuils sont interdépendants, ce qui renforce l’irréversibilité des pertes environnementales et qui engendre également des dynamiques de polarisation et de repli mettant à mal les possibilités de répondre au nom du bien commun. Les urgences font l’objet des travaux de la recherche pour et avec les Suds, notamment sur l’atténuation – réduire les sources du dérèglement – ou l’adaptation – réduire ses effets. Il s’agit notamment de revoir les activités humaines et de caractériser les évolutions des conditions de vie. Le carbone est devenu central dans les métriques du développement durable en plus du PIB, dont la remise en question voudrait qu’il soit impossible de considérer qu’il y a eu “développement” là où il y a eu dégradation environnementale ou sociale. Bien que cette conception du développement ne fasse pas l’unanimité au sein de nos sociétés post-modernes, il est néanmoins aujourd’hui admis que limiter les émissions de gaz à effet de serre est un acte vertueux,  de l’ordre du bien commun face problématique du changement climatique. 

Si la recherche française pour le développement des pays du Sud  fonctionne depuis toujours sur le principe de se déplacer vers des « terrains »  situés en Afrique, en Amérique latine, en Asie du Sud-Est, dans le Pacifique ou encore dans les Caraïbes, c’est une particularité qui semble entrer aujourd’hui en dissonance avec les objectifs de réduction de l’empreinte carbone des activités humaines.

“Le constat est que les faits sont incertains, les valeurs sont multiples, les enjeux sont très élevés et qu’il faut décider tout de suite”.

Surtout, ce type de recherche pose la question de la cohérence et de l’exemplarité dans les projets attelés aux grands enjeux du dérèglement climatique et de la biodiversité, compte tenu de la durabilité des pratiques des scientifiques qui les conduisent. Revoir les déplacements des chercheur.e.s au regard des exigences environnementales est l’opportunité d’imaginer une nouvelle éthique entre partenaires français et internationaux au sein de la recherche pour le développement des pays du Sud et ainsi pallier aux inégalités habituellement à l’œuvre entre chercheurs et acteurs de terrain.

Plusieurs niveaux d’action sont déterminants pour saisir les engagements de la recherche avec et pour les Suds face aux urgences socio-écologiques.

2. Agir en tant que chercheur.e.s citoyen.ne.s

Incarner le changement : l’engagement individuel

Nos résultats mettent en lumière la multiplication d’initiatives prises par les chercheur.e.s, individuellement ou collectivement, pour diminuer l’impact de leurs recherches sur l’environnement et leur prise de conscience généralisée sur la nécessité de s’engager face aux urgences sociales et écologiques. Les actions individuelles sont principalement motivées par une prise de conscience personnelle.  

Trois profils émergent parmi les 364 répondants  : 48% se sentent concernés , 44% sont nuancés et 7% sont réticents à des changements de pratiques. Ces changements concernent essentiellement: 

– Diminuer les déplacements liés aux missions de recherche

– Favoriser des transports plus vertueux comme le train

– Gérer une deuxième vie des déchets et des consommables

– Mettre en place une compensation carbone 

– Retravailler l’éthique du partenariat avec les pays du Sud (communication, formation) 

Sans surprise , la réduction de l’empreinte carbone est mise en exergue, qui inclut les “bonnes pratiques” écologiques dans la sphère professionnelle comme domestique, dans une posture de chercheur-citoyen. Les motivations principales sont : la connaissance des possibilités, le souci d’exemplarité et de cohérence cognitive , mais aussi les bénéfices personnels associés à des changements de pratiques  : le vélo est bon pour la santé, l’essence est chère et les trajets embouteillés, les voyages lointains sont fatigants.

“Les actions individuelles sont principalement motivées par une prise de conscience personnelle.”

Les répondants mentionnent des freins à l’action : changer de pratiques est contraint par le fonctionnement de nos institutions de recherche, penser ne rien pouvoir faire au-delà de ce qu’ils font déjà, ou ne pas y arriver seul. Un enjeu émergent alors sur les pratiques collectives : faut-il attendre l’émergence de normes qui nous imposent de nouvelles pratiques ou bien que le changement soit amorcés par des initiatives de la base qui prendraient de l’ampleur? Pourtant, notre initiative relevant de cette dernière option, force est de constater que les structures et la gouvernance actuelle de nos institutions ne semblent pas adaptées pour accompagner l’émergence de telles actions collectives.

Faire vivre le changement : l’engagement dans des collectifs 

Plusieurs initiatives traversent la recherche pour mieux communiquer entre chercheurs, pour s’engager dans le dialogue science-politique et  pour initier des médiations scientifiques avec la société civile constituée et les citoyens. Elles vivent à travers des collectifs qui offrent un cadre à l’engagement des chercheurs. Le plus souvent construits ad’hoc, ces collectifs recouvrent une diversité de situations et ambitionnent de faire évoluer nos institutions, qui sans cela montrent une tendance à “changer pour que rien ne change”. Notre recherche a identifié et s’insère dans plusieurs dynamiques collectives qui visent une pluralité d’actions : plaidoyers, élaboration de jeux sérieux et d’outils de mesure, désobéissance civile… 

“Par leur existence souvent fragile et parfois éphémère , les mouvements et initiatives de chercheur.e.s visent un passage à l’action concrète et à une mobilisation croissante, pour assurer la relève des premiers militants et trouver les moyens de se faire entendre.”

Citons parmi ces initiatives : 

  • ATECOPOL (Atelier d’ÉCOlogie POLitique). démarré à Toulouse, puis étendu à Montpellier,  qui  mobilise des connaissances et établit des plaidoyers dans le but d’informer le débat public; 
  • Horizon Terre,  qui vise à réécrire de façon collaborative le volet recherche de la nouvelle PAC; 
  • Labos 1.5, qui  fournit des travaux et des outils pour la décarbonation de la recherche, en référence au seuil des 1,5°C de réchauffement climatique à ne pas dépasser;  
  • Le “jeu sérieux” Ma Terre en 180 minutes, où les participants simulent l’empreinte carbone de leur activité professionnelle et imaginent des chemins de transformations communs sur par grands thème : déplacement, achat de matériel, empreinte numérique etc. Au total, 700 participants ont à ce jour identifié 2200 alternatives pour décarboner leurs activités avec 45 %  réduction d’émission de CO2 sur les déplacements.
  • Scientist Rebellion, mouvement né en X qui couvre une gamme d’interventions depuis le plaidoyer aux actions de désobéissance. 

“Les initiatives collectives face aux urgences socio-écologiques ne feront sens que si elles s’articulent avec des choix forts de nos institutions de recherche, à même de relayer ces initiatives et d’en prendre en charge les coûts.”

Par leur existence souvent fragile et parfois éphémère, les mouvements et initiatives de chercheurs visent un passage à l’action concrète et à une mobilisation croissante, pour assurer la relève des premiers militants et trouver les moyens de se faire entendre. Après un focus initial sur le changement climatique, ces mouvements remettent aujourd’hui en question le sens de la neutralité scientifique face aux problématiques telles que l’érosion alarmante de biodiversité ou encore les crises du modèle de croissance. La tribune signée par les scientifiques dans le journal Le Monde du 26 septembre 2022 pointait alors la désobéissance civile des scientifiques comme justifiée sur les plans éthique et pragmatique (Le Monde, 2022).

La difficulté actuelle pour ces collectifs nés dans l’informalité de rencontres interpersonnelles et d’opportunités ponctuelles est de trouver un mode de structuration apte à pérenniser l’élan initial. Il apparait alors que ces initiatives collectives ne feront sens que si elles s’articulent avec des choix forts de nos institutions de recherche, à même de relayer ces initiatives et d’en prendre en charge les coûts. 

Accompagner le changement : quels engagements pour nos institutions? 

Forts du constat partagé par nombre des scientifiques interrogés qu’il est nécessaire de se mettre au diapason de la demande sociale sur les urgences socio-écologiques et d’interroger le sens de notre travail de recherche au Sud, nous avons ensuite souhaité rencontrer des responsables des institutions de recherche. Les entretiens menés  ont montré que deux voies complémentaires sont plébiscitées à l’heure actuelle pour répondre aux interpellations sociales.

La première voie est de promouvoir une réflexion sur des  disciplines et  approches  scientifiques à mobiliser au sein des institutions, telle que la Science de la durabilité, ou la théorie du changement. L’ambition est de cadrer l’activité de recherche depuis la construction d’un projet jusqu’à l’impact des connaissances produites. Cette orientation implique d’intervenir sur l’évaluation, la formation, la communication. La limite en est de  rester frileux dans une neutralité de la science, pour être visible selon les canaux usuels de valorisation de la recherche, et de ne pas agir concrètement dans le sens d’une  lutte contre les urgences analysées. 

La seconde orientation choisie est d’impulser  des pratiques via la responsabilité sociale des entreprises (RSE) et des “plans de sobriété énergétique”. Une impasse limite cette voie quand  les pratiques promues restent individuelles, et peinent à passer à une autre échelle. Elles sont alors vues comme des injonctions d’en haut, qui réduisent les libertés individuelles et renforcent les autres freins à la motivation des agents.

“Changer de pratiques est contraint par le fonctionnement de nos institutions de recherche.  Les réponses illustrent  que nombreux individus pensent ne rien pouvoir faire au-delà de ce qu’ils font déjà, ou n’y arrivent pas seuls”.

Pour sortir du seul effet d’étendard et de la gouvernance par les mots (développement durable, agroécologie…) proposé par la direction de nos institutions, ces termes sont utiles à la condition qu’ils soient problématisés par les chercheur.e.s qui souhaitent s’y inscrire. Il en est ainsi de la question paradigmatique posée la science de la durabilité depuis 1998: doit-on faire de la science pour le vrai ou de la science pour le bien ? 

Pourtant, la notion floue « d’engagement » résonne pour beaucoup de chercheur.e avec celle de « militantisme », et soulève le problème de la ligne rouge habituellement positionnée entre métier scientifique et métier politique. De notre point de vue, non seulement la notion d’engagement nous semble compatible avec l’activité scientifique, mais surtout elle semble nécessaire pour prendre du recul sur les origines et les implications des pratiques scientifiques sur la société.

3. L’exercice de la responsabilité de la recherche 

Les résultats de notre recherche ont été restitués le 18 octobre 2022 à la Maison des Sciences de l’Homme SUD (Sciences et Société Unies pour un autre Développement) de Montpellier. Notre analyse des points de vue face aux urgences a d’emblée mise en évidence une diversité de valeurs, de postures et de perspectives individuelles à relier pour pouvoir avancer. Le constat est que les faits sont incertains, les valeurs sont multiples (pas de consensus) et pas forcément mises en débat, que les enjeux sont très élevés et qu’il faut décider tout de suite (urgence), ainsi que le propose le concept de “science post-normale” introduit par Funtowicz et Ravetz (1993). Dans ce contexte, il s’agit de contribuer aux transformations écologiques et sociales par l’exercice de la responsabilité des activités de recherche. 

“Il importe aujourd’hui de montrer que la promotion d’une science décarbonée n’est pas incompatible avec une recherche de qualité.”

Les orientations de nos institutions et tutelles de recherche à l’échelle planétaire ou “macro” sont régulièrement perçues comme contradictoires avec les objectifs du développement durable et en décalage avec les perspectives et valeurs multiples portées par les individus face aux urgences vécues à l’échelle individuelle ou “micro”. Pour dépasser des tensions de ce décalage, il nous semble opportun que nos institutions œuvrent à l’articulation ces deux échelles d’engagement par le soutien d’actions de niveau intermédiaire “méso”. Ce niveau d’action se caractérise par le souci de l’exercice collectif de la responsabilité de la recherche, afin de produire et de faire vivre des solutions pratiques, des instruments, des outils et des initiatives pour prendre en charge les défis d’aujourd’hui (Louafi, 2022). Pour en augmenter la portée, l’exercice collectif de cette responsabilité dans nos institutions de recherche est selon nous à concevoir à travers le double objectif d’œuvrer à une recherche décarbonée et de reconstruire de la confiance avec la société. 

Vers une recherche décarbonée

Selon Mike Hulme et al. (2020) « Il est bien plus simple de produire de la connaissance qui montre à quel point les humains détériorent le système Terre que d’adapter nos comportements pour réduire cette détérioration ». Face aux urgences et pour aller au-delà d’actions de sensibilisation désormais inappropriées, nous appelons de nos vœux l’évolution de l’évaluation du travail du scientifique, avec la création de critères valorisant les projets de recherche décarbonée. Il s’agirait par exemple de ne plus valoriser la participation à des séminaires à l’international lorsque la visio-conférence ou la participation de partenaires du Sud est envisageable, ou encore de refuser la conduite de projets ayant des impacts socio-écologiques délétères. Poussés par le ‘diktat’ de l’excellence scientifique qui valorise une recherche et des chercheurs qui se déplacent – les nombres de déplacements sont aussi souvent le reflet de la stature des chercheurs – il importe aujourd’hui de montrer que la promotion d’une science décarbonée n’est pas incompatible avec une recherche de qualité.

Adopter une posture responsable c’est donc aussi être capable de relier ses choix techniques et ses pratiques à ses engagements citoyens.

En outre, les mesures à prendre pour réduire notre empreinte carbone représentent selon nous une opportunité pour gagner en cohérence dans la conduite de nos recherches sur la durabilité: actant que la science s’empare ou créer des sujets politiques lorsqu’elle travaille sur la biodiversité, le climat ou qu’elle développe des nanotechnologies, l’exercice de notre responsabilité collective passe la prise de conscience et l’étude des implications environnementales et sociétales de nos pratiques. Cette réflexivité invite le chercheur.e à rester lucide sur propres choix techniques ou thématiques de recherche ; pourquoi avoir choisi de travailler sur la séquestration du carbone dans les sols agricoles avec les habitants du Zimbabwe ou encore sur la réduction des pesticides dans les bananeraies de Guadeloupe avec les organisations d’agriculteurs ?

Adopter une posture responsable c’est donc aussi être capable de relier ses choix techniques et ses pratiques à ses engagements citoyens. Il ne s’agit pas d’essayer de se libérer de ses engagements, voire de les détacher de sa pratique de recherche par peur de perdre en légitimité scientifique, mais plutôt de les expliciter pour pouvoir les discuter au sein de la communauté scientifique et ainsi améliorer l’impact de nos recherche en lien avec les préoccupations des citoyens des pays des Suds.

Promouvoir des recherches passe-frontières

Dès 1998 et face à l’urgence des changements environnementaux et sociaux, Jane Lubchenco appelait à un nouveau contrat social pour la science (Lubchenco, 1998). Un pacte de confiance entre chercheur et société en somme, où la science, plutôt que d’être confrontée à posteriori aux implications sociétales de ses pratiques et programmes de recherche (i.e la bombe H, la révolution verte, les OGM, etc.) prendrait les devants pour se mettre à l’écoute des besoins sociaux.

Inventer de nouveaux cadres de recherche intégrateurs de plusieurs disciplines scientifiques et des acteurs sociaux permet d’augmenter la pertinence scientifique du savoir produit pour répondre aux urgences”.

Aujourd’hui, pour traiter des urgences sociales et écologiques dans la construction des sujets et des pratiques de la science, les recherches “passe-frontières” comme les recherches “transversales” ou les sustainability sciences nous offrent des cadres théoriques d’un nouveau type, aptent à répondre aux grands enjeux actuels. Elles ont en commun de porter une ambition inter- et trans-disciplinaire, c’est-à-dire d’établir des ponts entre des univers disciplinaires hétérogènes au niveau des méthodes et de favoriser les apprentissages mutuels entre les chercheurs et les acteurs sociaux impliqués et impactés par la recherche. La promotion actuelle de ces manières de chercher autrement est un signe positif et un changement radical dans la construction de nouveaux systèmes de savoirs. Elles permettent de prendre la mesure de la complexité sociale et environnementale des situations d’urgences auxquelles nos sociétés sont confrontées, ainsi que des échelles d’impact sans précédents des facteurs humains qui les engendrent: surexploitation des ressources, surconsommation, démographie galopante etc.

Inventer de nouveaux cadres de recherche intégrateurs de plusieurs disciplines scientifiques et des acteurs sociaux permet non seulement d’augmenter la pertinence scientifique du savoir produit pour répondre aux urgences, mais aussi d’en d’augmenter la compréhension et le partage au bénéfice des citoyens.

Développer une nouvelle éthique des partenariats Nord-Sud

Promouvoir une pratique scientifique responsable face aux enjeux socio-écologiques nécessite également que nos institutions de recherche fassent l’effort d’engager le dialogue avec la société; c’est un enjeu fondamental de démocratie que de laisser place au dialogue entre acteurs scientifiques et citoyens, qui doit pouvoir questionner les pratiques scientifiques. Appliquée au domaine de la recherche avec et pour les Suds, la question démocratique nous ouvre vers une meilleure intégration des inégalités partenariales à l’œuvre entre les pays du Nord et des Suds. Cela nécessite de réinterroger des pratiques très concrètes comme l’accès à certains sites (appelés encore communément ‘terrains’), mais aussi la construction de protocoles, la collecte de données ou encore l’analyse et le partage des résultats. Dans ce domaine, nos institutions reproduisent trop souvent des routines qui ne favorisent pas l’établissement de liens de confiance et une réelle coopération, et plus spécifiquement avec nos partenaires non-académiques comme les agriculteurs.

Dès 1982, le directeur scientifique du Cirad René Billaz appelait à une rupture en terme de stratégie de développement pour laquelle “au delà des thèmes de recherche […] c’est la nature des liens qui  unissent les usagers de la recherche et les chercheurs eux-mêmes qui est en cause. Il introduisait à l’époque les germes d’une nécessaire réflexion sur la réorientation des mandats de nos institutions de recherche pour le développement, vers moins d’intervention sur place et pour plus de formation et de renforcement de compétences, afin de développer “une qualité de la relation entre encadrement et producteurs où le savoir, concernant les processus biologiques et humains, ne se distribue pas et ne peut que s’échanger”.  Face aux urgences sociales et écologiques qui appellent à davantage de responsabilité de la recherche avec et pour les Suds, l’appel de René Billaz quarante ans plus tôt résonne avec toujours autant de force aujourd’hui.

Références

Burkett, V., Suarez, A. G., Marco, B., Conde, C., Mukerji, R., Prather, M. J., St. Clair, A. L., Yohe, G. W., 2014. Point of Departure, in Field, C. B. (Ed.), Climate Change 2014 : Impacts, Adaptation, and Vulnerability. Part A : Global and Sectoral Aspects. Contribution of Working Group I I  to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA, pp. 169–194.

Carbou, G., 2022. L’activité scientifique participe à la catastrophe.

Chevassus-au-Louis, B., 2006. Refonder la recherche agronomique. (online: https://www.yumpu.com/fr/document/view/50971268/refonder-la-recherche-agronomique-de-bernard-vintage#xd_co_f=MjcxMmEwM2QtOWI2MC00NGIyLTgzZWItMTI2ZDljZDAzNjZl~).

Etchanchu, H., 2019. Face aux crises, l’avènement du chercheur-militant, The Conversation, 4.

Grand-Clément, A., Hagimont, S., Hupé, J.-M., Teulières, L., 2022. Introduction au dossier : « Ce que les ravages écologiques font aux disciplines scientifiques. Pour une histoire impliquée », Les Cahiers de Framespa, 40. doi: 10.4000/framespa.13269.

Hulme, M., Lidskog, R., White, J. M., Standring, A., 2020. Social scientific knowledge in times of crises: What climate change can learn from coronavirus (and vice versa)?, WIREs Climate Change, 11, e656. doi: https://doi.org/10.1002/wcc.656.

Le Monde, 2022. La désobéissance civile des scientifiques est justifiée sur les plans éthique et pragmatique. https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/09/27/la-desobeissance-civile-des-scientifiques-est-justifiee-sur-les-plans-ethique-et-pragmatique_6143445_3232.html

Louafi S., 2022., À propos du colloque « Pour une recherche et une innovation responsables » : une analyse aux niveaux macro, micro et méso. Nat. Sci. Soc., https://doi.org/10.1051/nss/2022029)

Lubchenco, J., 1998. Entering the Century of the Environment: A New Social Contract for Science, Science, 279, 5350, 491–497. doi: 10.1126/science.279.5350.491.Un.e doctorant.e, 2020. Scientifiques de la nature vous êtes des sujets politiques, lundimatin. (online: https://lundi.am/Scientifiques-de-la-nature-vous-etes-des-sujets-politiques).

Catégories
Blog

Les résultats du projet DiFUSE ont été présentés le mardi 18 octobre 2022 à Montpellier

Fresque de la journée de rencontre du projet DiFUSE, 18 octobre 2022 © AyaDesign, Les Parlographes.

Accéder à la présentation des résultats du projet.

Quelles sont les perceptions et les engagements de la recherche avec et pour les Suds face aux urgences socio-écologiques ? C’est la question que se sont posé les membres du projet DiFUSE, conduit par les UMRs SENS (CIRAD/INRAe/MUSE) et ASTRE (IRD/CIRAD/UPVM) et financé par la MSH SUD (https://www.mshsud.org/projets/difus-e/). Les résultats des deux années d’enquêtes menées avec plus de 400 réponses au questionnaire “changement climatique et moi” et au sein de 7 UMRs du CIRAD, de l’IRD, du CNRS et de l’Université Paul Valéry de Montpellier, ont été présentés le 18 octobre à un parterre de chercheur.e.s, ingénieur.e.s et responsables institutionnels de ces structures d’enseignement et de recherche.

Cette journée a été rythmée par des partages d’expériences de porteurs d’initiatives collectives et institutionnelles de l’IRD, du Cirad et du CNRS faces aux urgences, la présentation d’une création originale de la troupe Agropolis de Théâtre-Forum ‘Adapt 3000 et le défi des pompons verts’ sur les perceptions individuelles face aux urgences, le regard de Mariam Sow de l’ONG Enda Pronat www.endapronat.org partenaire de la recherche aux Suds et la conclusion de Bernadette Bensaude-Vincent, vice-présidente du comité ‘Ethique en commun’ IRD/Cirad/Ifremer/INRAE www.ethique-en-commun.org.

Il ressort des riches échanges le besoin de poursuivre une réflexion au sein de nos organisation sur la notion de « responsabilités de la recherche face aux urgences socio-écologiques » qui associe la volonté de répondre à la fois aux défis concrets de la gestion de sites et des comportements individuels et collectifs pour diminuer le coût environnemental et sociétal de la conduite des travaux de recherche, mais aussi de considérer les défis d’apprentissage et de gouvernance de la recherche avec et pour les Suds afin d’imaginer, face aux urgences actuelles, de nouvelles modalités partenariales et réduire les inégalités souvent à l’œuvre.

La dynamique DiFUSE se poursuit aujourd’hui avec la réponse en janvier 2023 de l’appel à manifestation d’intérêt « Ecologie & Travail » (www.anact.fr/appel-manifestation-dinteret-ecologie-et-travail) porté par un collectif renouvelé de chercheur.e.s et d’agents des services d’appui des institutions de recherche pour le développement sur la place de Montpellier.

Catégories
Blog

Audition du collectif DiFUS-E par le Conseil économique, social et environnemental régional d’Occitanie (CESER)

Dans le cadre du chantier de structuration du milieu académique en Occitanie autour de l’étude des transitions

Le collectif DiFUS-E a été auditionné en septembre 2021 par la commission « Enseignement supérieur – Recherche – Valorisation – Transfert – Innovation » du Conseil économique, social et environnemental régional – Occitanie (CESER1) dans le cadre d’un chantier initié par la Région sur la structuration du milieu académique en Occitanie autour de l’étude des transitions. Dans le cadre de ce chantier, le CESER s’intéresse d’une part à la manière de faire de la science autrement et notamment en inter/transdisciplinarité pour enrichir les connaissances dans le domaine des transitions, et d’autre part aux rapports entre production de connaissances et action publique.

Le projet DiFUS-E a été sollicité car il questionne la manière de faire de la recherche avec et pour les Suds. Lors de cette audition, nous avons présenté le projet puis nous avons présenté notre vision concernant deux questions qui nous ont été adressées par le CESER:
 –  Comment faire de la science autrement et notamment en inter/transdisciplinarité pour enrichir les connaissances dans le domaine des transitions ?
 –  Dans le cadre de recherches inter/transdisciplinaire, quelles sont/seraient les « nouvelles » exigences pour l’évaluation de la recherche ?
Des éléments de ce chantier mené par le CESER participeront à la construction du futur Schéma Régional pour l’Enseignement Supérieur, la Recherche et l’Innovation (SRESRI) 2022-2027. https://www.laregion.fr/SRESRI

La présentation faite à cette occasion est disponible ici



1 Composé de membres issus d’organisations socioprofessionnelles diverses représentant la société civile organisée et reconnus pour leurs compétences, leur sens de l’intérêt général et leur expérience, le CESER rend des avis dans le cadre de saisines de la Présidente de Région ou d’autosaisines. Ces avis constituent de véritables outils d’aide à la décision publique. Le CESER est la deuxième assemblée de la Région à côté du Conseil Régional, duquel il diffère de deux points de vue:
–  Les conseillers ne sont pas élus mais nommés par le préfet de Région sur proposition des organisations de la sociétés civiles organisés suivant 3 collèges principaux (entreprises, syndicats de salariés, collège associatif) auquel s’ajoute une dizaine de conseillers et conseillères appelés « personnalités qualifiées » et qui compose le collège 4.
–  le CESER rend des avis qui sont consultatifs. Le CESER s’adresse bien sûr directement à l’administration régionale mais peut également adressé ses recommandations à L’Etat en Région, aux départements ou à d’autres collectivités territoriales.

Catégories
Blog

S’engager collectivement à Montpellier

Pour faire évoluer les pratiques des chercheur.e.s et les mandats de leurs institutions

Nous sommes un collectif de chercheuses et de chercheurs issu.e.s de différents horizons professionnels, disciplinaires et institutionnels. Nous visons à transformer les orientations et les modes de fonctionnement de la recherche scientifique avec et pour les pays du Sud afin de les mettre en cohérence avec les urgences socio-environnementales contemporaines. 

Pour engager ce changement, nous entendons modifier nos pratiques professionnelles ; c’est notre engagement individuel de chercheur-citoyen. Mais ces actions « colibris » sont limitées si elles ne sont pas relayées par une gouvernance incitant les bonnes pratiques qui limitent l’impact environnemental de la recherche. C’est pourquoi nous souhaitons analyser les freins institutionnels ainsi que les barrières individuelles et collectives qui bloquent les dynamiques du changement, en vue de vaincre ces inerties.

Notre volonté est de se constituer en communauté d’idées et d’actions pour répondre aux urgences socio-environnementale. A travers la mise en relation des diverses initiatives, nous documenterons et discuterons de toutes expériences ou alternatives porteuses de perspectives et de débouchés en ce sens.

Dans cette démarche réflexive et dynamique, nous voulons partager nos opinions et constats sur les défis à relever, et ainsi devenir force de proposition au sein de nos institutions, tutelles de recherche

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search